MAGIE, PRESENCE, ENTREMONDE

L’homme se demandera sans fin de quel limon, de quelle argile il est fait.       

Gaston Bachelard

sarah clotuche - sculpture céramique - jeune fille debout  - 2015.JPG

L’oeuvre de Sarah intrigue, autant par son étrangeté que par sa douceur.

Inspirée par une pensée animiste, le sujet du métissage et des origines est au coeur de sa réflexion artistique, questionnant la relation entre nos parts d’humanité et d’animalité.

 

Ses sculptures sont plus en lien avec le rituel et la magie qu'avec un concept ou une technicité. Il s'agit ici d'une célébration poétique, sans hiérarchie de genres, de notre appartenance intrinsèque à la fragile toile du Vivant. C'est un art-passerelle, un art qui rapproche humains, animaux, rêves, réalité, enfance, adulte, passé, futur...

 

La présence et la force du regard des figures, à la lisière entre le doux et le trouble, semblent avoir traversé les âges pour venir intérroger le spectateur, réveiller une émotion, une sensibilité.

 

Les céramiques de Sarah CLOTUCHE nous invitent à apprivoiser l'étrange en nous, à cohabiter avec nos fauves, à reconnaître les liens d'inter-dépendance qui nous unissent aux autres formes du vivant.

 

Car Sarah aspire au fond d'elle à une société plus empathique, à une humanité plus généreuse et tendre.

« Ses céramiques font appel aux rêves, à notre mythologie personnelle et collective et à notre part sensible, intuitive. Ce qui frappe de prime abord est la permanence de ses figures qui nous renvoie à un passé très ancien, où le sacré appartenait au quotidien de tous. »

Extrait de lʼarticle rédigé par François Fresnais, Revue de la Céramique et du Verre, mars-avril 2014, p.68-69

Plonger aux racines de la terre - 300dpi

Travailler la terre,

c'est convoquer l'enfant en moi, le sage et le fou,

c'est plonger dans les racines de mon être, à la rencontre de mes ancêtres.  

Il y a quelque chose d’un acte magique, d'un acte de guérison.

L’argile me confie l'histoire de ceux qui l’ont modelé avant moi, ici et ailleurs.

Dans cette histoire, je me fraye un chemin nouveau.

S.C.